Les écrans de nos vies

Comment savez-vous si un produit est bon pour vous ?

Afin de d’assurer la bonne qualité d’un produit, une stratégie marketing existe. Le vendeur l’utilise et vous montre que l’utilisation lui réussit. Ainsi en se prenant en tant qu’exemple et acceptant de tester sur lui son propre produit, il prouve la confiance absolue que vous pouvez avoir en ce dernier.

Ce raisonnement est-il valable pour les écrans de nos vies ?

Lors d’une interview de Steve Jobs (créateur d’Apple), le journaliste suppose que les enfants de Monsieur Jobs doivent être ravis du dernier Ipad sorti. Le journaliste se voit répondre que les enfants ne l’utilisent pas puisque la technologie est limitée à la maison. Se pose alors la question de l’impact des technologies sur nos vies. En effet un des plus grands créateurs de ces technologies dans le monde les limitait au sein de sa famille. Avait-il observé des effets inconnus ou pernicieux qui nous échappent ?

Pendant 5 ans, Adam Alter, chercheur et professeur à New York, a étudié les effets des écrans sur nos vies.

Pour cela il a divisé nos journées en différentes catégories.

Le sommeil occupe 7 heures et le travail 8h sur nos 24 heures. Les choses nécessaires à la survie comme se nourrir utilisent 3 heures par jour environ. Les heures restantes sont celles du temps personnel.

En 2007 (année de la sortie du premier Iphone), la moitié de ce temps était utilisé par les écrans. 8 ans plus tard, en 2015, 2/3 de ce temps y était dédié.

Enfin en 2017, 5/6 de ce temps est occupé par les écrans. 

Or ce temps personnel est très important, voire même sacré. On l’utilise en général pour nos loisirs, pour créer, imaginer et faire fructuer nos relations personnelles.

Lorsque des personnes à la fin de leurs vies sont interrogées sur les moments les plus marquants qu’ils ont vécu, les souvenirs évoqués sont ceux qui ont eu lieu durant leur temps personnel.

Que peut-on alors faire à ce propos ?

Les écrans sont une incroyable avancée vers le futur et nous apportent indéniablement beaucoup.

Pour prendre du recul nous pouvons nous poser une simple question: que faisons-nous de ce temps passé sur nos écrans? À quel point ce que nous regardons ou faisons est enrichissant ?

Comme toutes choses, les écrans ont des aspects positifs et négatifs. L’effervescence qu’ils suscitent nous empêchent cependant de faire la part des choses.

Certaines applications nous enrichissent et nous permettent d’améliorer notre moral ou nos connaissances comme celles d’exercices, de relaxation, de lecture ou d’éducation. Ces applications sont utilisées environ 9 minutes par jour selon Adam Alter.

À l’inverse d’autres applications influent négativement sur notre moral comme celles de rencontres, les réseaux sociaux ou les jeux. Leur utilisation est quant à elle de 27 minutes par jour.

L’absence de signaux d’arrêts comme la fin d’un épisode ou la fin d’un chapitre rend ainsi le temps passé bien plus long. Le fil d’actualité n’a pas de fin.

De même pour les emails provenant du lieu de travail qui ne se limitent plus aux heures de bureau et qui empêchent ainsi la scission entre la vie personnelle et celle du travail.

Une étude menée au Canada dans le centre de Santé mentale montre que les utilisateurs actifs des réseaux sociaux, comme Facebook, Snapchat ou Instagram, sont plus assujettis à la dépression et à la baisse de l’estime de soi. En effet, les réseaux sociaux permettent certes de découvrir des personnes et des cultures mais permettent aussi le culte de la beauté idéale ou de la vie parfaite. Peu à peu l’utilisation de ces réseaux amène à un désintérêt de la vie réelle, à de la jalousie et de la rancœur.

Ces faits sont d’autant plus graves que plus de 80% des adolescents utilisent ces réseaux et plus de la moitié d’entre eux y passent entre 1 à 2 heures par jour.

Définir certaines planches horaires comme le dîner ou le coucher où les téléphones et tablettes sont posés et restent loin de nous permet d’améliorer le quotidien à la maison. Le début est difficile puisqu’il faut se défaire de ses habitudes puis la vie devient plus intéressante, calme et colorée. D’après une expérience, une prise de distance avec son téléphone ou sa tablette et les réseaux sociaux permet de se ressourcer et de définir clairement les points importants de nos vies.

Les écrans sont un miracle indéniable cependant la nouveauté qu’ils représentent est telle qu’un juste milieu est difficile à obtenir. L’idéal serait de voir en eux une utilité et non pas un élément indispensable de notre vie.

 

Retrouvez ici la conférence TED du professeur Adam Alter qui a inspiré cet article :

A propos de Sophia Beth 1 Article

Intéressée autant par l’approche scientifique des enjeux que par le côté humain et littéraire, Sophia Beth apporte un éclairage rafraîchissant sur de nombreux sujets.
Auteure de billets, articles et analyses dans des blogs et publications en ligne

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*