« Les effets de la sophrologie sur le stress » Dd R. Abrezol

 Extrait du livre « Tout savoir sur la sophrologie » du Dr Abrezol

Les effets de la sophrologie sur le stress

 

Le stress est la réaction d’adaptation de l’organisme à toute sollicitation extérieure. La sollicitation est ce que l’on appelle l’agent stressant ou le « stressor ». Il s’agit d’une réaction naturelle et nécessaire au maintien de l’équilibre de l’organisme. Il y a danger lorsque les agents stressants sont trop importants et répétés, lorsque la réaction organique est trop forte ou quand elle se stabilise. La rupture d’équilibre de l’organisme devient alors la cause de la majorité des maladies fonctionnelles (maladies de la civilisation).

 

La sophrologie se présente comme un moyen prophylactique remarquable pour éviter l’apparition des symptômes. Elle agit de deux manières principalement:

  • En limitant la réaction organique (stress) aux agents stressants
  • En limitant les agents stressants. Les trois principes de base de la sophrologie représentent des armes anti-stress de première importance

 

  1. Principe de la corporalité comme réalité vécue
  2. Principe de l’action et de la pensée positive
  3. Principe de la réalité objective

 

  1. Principe de la corporalité comme réalité vécue

La prise de conscience du corps par l’apprentissage de la RDC 1er degré permet peu à peu à l’individu entraîné de prendre conscience des tensions dues au stress et de les contrôler. En supprimant consciemment les réactions organiques exagérées, le stress perd de son volume et les perturbations pourront être progressivement contrôlées. Le stress s’accompagne toujours de tensions musculaires, d’accélérations cardiaques et respiratoires, de modifications chimiques dans le sang (augmentation du LDL (cholestérol), des catécholamines, du sucre dans le sang, de l’effondrement des défenses immunitaires etc.) Le simple fait d’apprendre à se relaxer instantanément lors de situations stressantes, supprime, au moins partiellement, toutes ces réactions.

La technique conditionnée est une méthode de choix pour contrôler le stress. Il s’agit, une fois relaxé (niveau sophroliminal) d’induire des réflexes conditionnés recréant immédiatement une profonde détente physique et par rétroaction psychologique. Les réflexes le plus souvent utilisés sont le serrement des doigts d’une main, le soupir et l’image mentale d’un paysage aimé.

Après un entraînement soutenu de quelques jours, d’environ 15 minutes par jour, la gestion du stress devient évidente et efficace. Chaque fois qu’une situation stressante se présente, il suffit, soit de serrer les doigts d’une main, de soupirer, ou encore de porter l’attention sur son image mentale pour que les effets du stress soient bloqués immédiatement. Une cassette personnalisée enregistrée chez le sophrologue apporte au débutant une aide appréciable.

 

 

  1. Le principe d’action et de pensée positive

Tout acte ou pensée positifs a automatiquement une influence sur la biologie, dans le sens d’un renforcement des défenses. De façon résumée on peut dire « dis-moi ce que tu penses et je te dirai qui tu es ».

Les techniques telles que « l’entraînement de la pensée positive » ou « la sophroprésence immédiate » renforcent le positif, et ce que l’on appelle en sophrologie, les valences phréniques positives. Le développement de ce principe limite considérablement le stress lié aux pensées et actes négatifs.

 

  1. Le principe de la réalité objective

Faisons des collines de nos montagnes et le stress diminuera automatiquement. La plupart du temps nous sommes pris par notre subjectivité qui nous fait voir le monde de manière projective et non réelle. Etre objectif signifie voir les choses telles qu’elles sont, non telles que nous les croyons être, ce qui est très différent.

L’application des principes phénoménologiques diminue également le stress: la suspension du jugement, la suppression des à priori et la mise entre parenthèses de tout ce qui est négatif vont apporter leurs lots de remèdes contre les réactions exagérées de l’organisme aux agents stressants.

Pour expliquer l’action de la sophrologie contre le stress, j’utilise volontiers l’image du vase. C’est une illustration un peu simpliste, mais cependant elle correspond bien à la réalité:

Au moment de la fécondation, l’œuf né de la rencontre de l’ovule et du spermatozoïde, contient un « vase » dont la taille varie d’un individu à l’autre. Ce vase contient déjà un peu d’eau résultant de l’hérédité. Par la suite, il va se remplir progressivement chaque fois que son propriétaire vivra un stress, déjà au cours de la vie intra-utérine. Le stress de la mère est enregistré par l’embryon, puis le fœtus et peut marquer l’enfant à venir de manière définitive. La naissance elle-même représente un facteur important de stress, selon sa qualité, plus ou moins d’eau s’ajoutera dans le vase. Par exemple, un accouchement effectué avec la mère couchée sur le dos complique la naissance et prolonge le passage du fœtus à travers le vagin. C’est lors de ce passage que le bébé reçoit un énorme stress. Il devrait être aussi court que possible. L’accouchement debout, en position accroupie ou encore dans l’eau, diminue, voire supprime ce stress.

Pendant les 2-3 premières années de la vie, le bébé reçoit par projection tous les stress vécus par la mère et accumule les siens propres, comme par exemple, le sevrage immédiat ou prématuré, les bruits très violents, les cris de l’entourage, les manipulations trop brusques, etc. … Le vase se remplit peu à peu au cours de la vie et un jour il sera plein à ras bord. C’est peut-être ce que l’on appelle le « ras le bol ». Un stress de plus et le vase déborde: il y a apparition de symptômes d’une maladie fonctionnelle (névroses, maladies psychogéniques ou maladies psychosomatiques).

Pour traiter ces symptômes la médecine classique recourt à des traitements médicaux et chirurgicaux. Les résultats obtenus sont bons, mais non durables, car le vase est toujours plein et un nouveau stress va le faire déborder avec l’apparition d’un nouveau symptôme.

 

 

 

La sophrologie agit de trois façons pour éviter ce débordement:

  • Prophylactiquement, elle rend le vase plus grand et plus solide
  • Elle apporte des moyens pour limiter et contrôler le stress. La quantité d’eau qui entre dans le vase devient contrôlée et le vase se remplit beaucoup plus lentement
  • Thérapeutique ment la sophrologie apporte des moyens pour vider le vase

Comme nous l’avons déjà dit, la sophrologie utilisée régulièrement représente un moyen prophylactique de premier ordre. Pour être efficace, il faut s’entraîner et suivre les deux lois fondamentales:

  • Vivance (rencontre corps-esprit)
  • Répétition de la vivance

Le but est la découverte de la conscience, suivie par sa conquête et sa transformation. Les bons résultats observés tous les jours confirment notre confiance dans l’application de la sophrologie dans la lutte contre le stress et la prévention des maladies de la civilisation.

 

 

Dr. Raymond Abrezol, Lausanne

Tiré du livre « Tout savoir sur la sophrologie »

Dr. R. Abrezol, Ed Randin – Lausanne

 

A propos de V. Kramer Pasquier 32 Articles
Passionnée par le domaine des solutions apportées à l'utilisation de nos potentiels et de nos facultés. Travaillant dans le domaine du stress tant auprès des particuliers que des entreprises et des institutions depuis de nombreuses années, j'essaie de partager les informations les plus pointues sur ce sujet ainsi que les stratégies gagnantes. Coordinatrice et fondatrice d'"Apprivoiser son Stress" et apprivoisersonstress.fr